@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

😔 Réchauffement climatique : ce que le trajet d’un bateau dit de l’état de l’Arctique…

Enième record, énième analyse, énième alarme sur le réchauffement climatique…

Jamais Le Boréal n’aura aussi bien porté son nom que le 8 septembre 2020, lorsqu’il a franchi le 85ème parallèle Nord. Ce navire de croisière de la compagnie française Ponant est le premier de sa catégorie à dépasser cette latitude septentrionale extrême du Pôle nord.

Mais le mérite de cet exploit n’incombe pas tant à l’équipage du paquebot qu’au réchauffement climatique. Car si Le Boréal a réussi à naviguer si près du pôle nord, c’est parce que la banquise arctique a atteint sa deuxième plus petite superficie jamais enregistrée.

Le trajet réalisé par ce navire permet de constater l’ampleur du recul de la couche de glace arctique. Mais ce n’est pas tout. A la réduction de son étendue s’ajoute la disparition des glaces les plus âgées qui la composent, laissant place à des glaces plus jeunes, moins épaisses et donc plus fragiles.

Dans un rapport spécial consacrée aux pôles, le groupe d’experts intergouvernemental pour le climat (GIEC) dresse un tableau inquiétant de la situation sous ces latitudes. L’Arctique est aux avant-postes du dérèglement climatique et le réchauffement climatique y est beaucoup plus prononcé qu’ailleurs. Une telle évolution en Arctique présage de conséquences sombres sur l’ensemble de la planète. L’accroissement de la fonte des glaces pourrait ainsi avoir une influence sur la météo sous nos latitudes, accélérer le forçage radiatif de l’ensemble de la planète et participer à la montée du niveau des mers.

Découvrez les explications de ce triste exploit maritime en vidéo

Un petit pour la route ?
Total
1
Partagez