@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

❤️ Avec son premier album solo, Luke Jenner nous porte vers la lumière

Neuf ans après le dernier album de The Rapture, Luke Jenner, chanteur / guitariste du groupe, revient avec son premier album solo. Sobrement baptisé 1, cet album évoque son intimité, sa paternité et les héritages de ses traumatismes passés, porté par un art rock ambitieux aux ambiances magnifiques.

The Rapture était si doué pour être ce groupe de dance-punk qu’il est difficile d’oublier tellement ils ont bercés nos meilleures soirées il y a une quinzaine d’année. Malheureusement séparé en 2014, ils laissent un grand vide aussi bien aux scènes qu’aux dancefloors. Revenez en arrière et écoutez ses trois albums qu’ils ont sortis entre 2003 et 2011 et ce que vous entendez n’est pas tant qu’une machine à groove cool et conquérante, mais également un groupe pop étrange, vulnérable, offrant les saintes lueurs d’un néo-psychédélisme festif. Si les chansons iconiques que sont House of Jealous Lovers, Echoes ou encore Get Myself into It ont paniqué les discothèques jusqu’à l’aube, n’oublions pas aussi leurs ballades romantiques comme How Deep Is Your Love ou In The Grace of Love qui nous ont accompagné le reste de la journée.

Et cette tension artistique entre la décadence de fin de soirée et l’innocence du lendemain ne raconte pas seulement le talent de The Rapture, elle reflète également la lutte émotionnelle qui se déroulait dans la vie de Luke Jenner. Et l’ascension fulgurante de The Rapture a eu un effet néfaste sur son mariage, tandis que l’arrivée de son fils en 2006 – et la mort de sa mère par suicide la même année – l’ont mis dans une position presque impossible d’essayer être à la fois un musicien à succès et un globe-trotter et un père de famille présent et engagé. Finalement, il a mis sa carrière en pause pour se concentrer sur sa paternité. Comme il le chante sur le dernier morceau du dernier album de The Rapture : “It takes time to be a Man” … Pour Luke Jenner, ce temps a pris pas loin d’une décennie. Un moment sacré passé à renouer avec sa famille, à s’impliquer dans sa communauté locale et à affronter les moments les plus sombres de son passé. Il raconte tout cela dans son premier album, simplement baptisé 1.

Bien évidement, pendant tout ce temps, les instruments de Luke Jenner n’ont pas pris la poussière. Avant de réunir The Rapture pour quelques dates en 2019, qu’on aurait du voir cette année sur Paris au Festival Days Off d’ailleurs, il s’occupait à faire de la techno de chambre à coucher sous le nom de Meditation Tunnel et à jouer de la batterie dans le groupe DIY no-wave Seedy Films ; qu’il a formé avec des amis musiciens amateurs. Et cet album 1 marque ainsi véritablement son retour à ces propres manettes, sous son grand nom, à ces propres compositions, mix idéal de la période passé The Rapture qu’à celle de transition qui a suivi. Son premier album solo, album qui devrait d’ailleurs être le premier volet d’une trilogie planifiée.

1 est ce voyage spirituel et émotionnel qu’a vécu Luke Jenner. Célébrant l’idée que devenir un meilleur mari et meilleur père n’est pas un état final magique, mais un idéal vers lequel travailler chaque jour. Que cela prend du temps, alors Luke Jenner nous invite à le prendre avec lui. Et cela est véritablement divin.

PS : pour la petite anecdote, l’artwork somptueux de 1 est de lui-même.

Écoutez l’album 1 de Luke Jenner



Total
2
Partagez