@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

🎮 Google Stadia : le Netflix du jeu vidéo ?

Le géant du Web a enfin présenté son grand projet de jeux vidéo à la demande, prévu courant 2019 en Europe. Baptisé Stadia, ce service mêlé à YouTube annonce une révolution sans précédent. Les promesses sont bluffantes, mais des questions subsistent.

À l’instar d’un Netflix pour les films et séries ou d’un Spotify pour la musique et les podcast, Google souhaite réinventer le jeu vidéo avec Stadia. Selon Google, le “futur du jeu vidéo n’est pas dans une console”. Et Stadia porte bien son nom alors. Une appellation de médicament qu’on pourrait lire sur une ordonnance de médecin pour se sentir mieux. Google souhaite vous libérer des consoles et vous permettre de jouer sur une toute nouvelle plate-forme de gaming en ligne. Jouer sur tous types d’écrans à des jeux AAA, c’est-à-dire les plus gros du marché ! L’annonce est bluffante et les possesseurs de fibre optique ont hâte de pouvoir tester le service.

Annoncé en grande pompe, mardi 19 mars 2019, à l’occasion d’un keynote organisé dans le cadre de la GDC, le projet Stadia est donc lancé. Google a enfin officialisé son service de streaming, bien évidemment basé sur le test Project Stream, bêta qui permettait de jouer à Assassin’s Creed Odyssey via le navigateur Chrome. Ce qui était déjà bluffant dans l’idée. Google passe donc la seconde et souhaite réunir les joueurs, les développeurs et les vidéastes au sein d’un même écosystème accessible à des milliards de personnes. Jouer deviendra aussi simple que de cliquer sur un bouton. “Clic” et vous voilà connecter à une plate-forme de jeux à la demande disponible depuis presque n’importe quelle machine connectée avec Chrome, que ce soit un ordinateur, un smartphone, un téléviseur intelligent ou une tablette. « Ce n’est pas un boîtier, c’est un service », a insisté Phil Harrison, le président de la division jeu vidéo de Google, un ancien de Sony et de Playstation.

Google commercialisera quand même une manette, avec des fonctionnalités dédiées. Le Stadia Controller se connectera en Wi-Fi à votre appareil. Équipée d’un bouton de partage pour diffuser directement des vidéos sur YouTube, en public ou en privé. Il y a aussi un bouton Google Assistant pour solliciter l’assistant vocal. Tout a été parfaitement pensé.

Jouez où vous voulez, quand vous voulez (à condition d’avoir une connexion haut débit…)

https://www.youtube.com/watch?v=AffodEEF4ho

Le projet est impressionnant, les chiffres encore plus. Résolution maximale de 4K HDR à 60 FPS ! Dans sa démo d’hier, Google a même démontré qu’il était possible de passer d’une vidéo YouTube à une séquence de jeu en quelques secondes. Vous êtes simple spectateur et hop vous devenez acteur. En quelques secondes, en un clic, on pourra passer du streaming vidéo au gaming, et profiter ainsi d’expériences encore plus innovantes sur certains jeux. L’écosystème Google avec Youtube a clairement une longueur d’avance sur la concurrence. Et permettra, je pense, de convertir bon nombre de potentiels joueurs. Si l’expérience est parfaitement au rendez-vous…

Stadia sera disponible cette année aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Europe. Google précisera le catalogue de jeux cet été. Aucun prix ni système d’abonnement n’a été communiqué. Attendons de voir. En tout cas, l’enjeu est de taille pour Google qui espère convertir quelques-uns des potentiels 2 milliards de joueurs à travers le monde. Encore faudra-t-il des jeux pour Monsieur tout le monde, de nombreux internautes s’avouaient déçus de la faiblesse du catalogue esquissé lors de cette conférence.

Au vu de sa puissance mondiale question Internet et Web, Google a clairement les moyens d’imposer son service, plutôt facilement. Et forcément, cela n’emballe pas tout le monde. Déjà que la position de quasi-monopole du géant de la collecte de données et de la publicité ciblée est de plus en plus décriée, quid de l’impact environnemental de cette plate-forme en ligne. Les infrastructures techniques devront être particulièrement lourdes, et ces serveurs sont des gouffres énergétiques immenses…

Total
6
Partagez