@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

Guide Pitchfork Music Festival Paris 2016 : ce qu’il ne faudrait pas louper !

Le Pitchfork réinvestit la Grande Halle de la Villette du 27 au 29 octobre pour une nouvelle édition de son festival parisien, avec dans ses valises la crème de l’indie du moment, des plus connus aux plus confidentiels. Voici un petit guide de l’édition 2016 pour savourer au mieux ces bons moments.

☞ Achetez vos places sur le site.

Greenroom vous met au défi de digger votre vinyle préféré en 60 secondes

Comme les années précédents, Greenroom est encore de la partie. Après sa salle de jeu de l’année dernière, Greenroom innove encore et offre cette année une toute nouvelle expérience aux festivaliers : le Disquaire Éphémère Greenroom. Plus de 500 vinyles seront mis à disposition gratuitement. Mais attention, que ce soit pour un grand classique ou une petite pépite oubliée, il va falloir être rapide. Tous ceux qui pourront aller dans ce disquaire éphémère auront accès à la liste des vinyles disponibles, mais ils n’auront qu’une minute pour aller piocher le disque de leurs rêves ! 1 minute pour fouiller parmi 500 vinyles : Greenroom va réveiller le digger qui sommeille en nous. Une sélection cool, pointue, curieuse et large concocté par dix diggers éclairés qui ont fait des folies pour piocher les 50 meilleurs vinyles de leur vie. En haut de la liste, on trouve Ryan Shreiber, le CEO de Pitchfork.com, bien sûr. Avec lui : l’équipe de Super! productrice du festival, ainsi que l’équipe de Radio Nova ou encore toute la rédaction de A Nous Paris. Festival oblige, cette collection de rêve sera bien évidemment complétée par l’un des artistes programmés au Pitchfork Music Festival Paris. Tous ont reçu le même mot d’ordre : rendre une sélection personnelle, surprenante et qui vise tous les styles.

https://www.facebook.com/events/1231436453587208/

 

 

Côté découvertes : Whitney, C Duncan, Aldous RH et Joey Purp

Whitney au grand complet vers la route du succès
Whitney au grand complet vers la route du succès

Bien évidemment, les grandes découvertes se dérouleront les deux jours avant le Pitchfork durant l’Avant-Garde à Bastille ; Nico Prat en a d’ailleurs fait une petit sélection qu’il ne faudrait pas aussi louper.

Pour autant, il serait dommage de ne pas arriver à l’heure à la Grande Halle et de passer à coté d’autres découvertes qui ont pour habitude d’ouvrir les journées. Dans l’ordre, il y a Aldous RH qui ouvrira le bal à 17h30 le premier jour du jeudi. Collaborateur de Connan Mockasin, Charlotte Gainsbourg ou encore Hudson Mohawke, le jeune cheveleu a cette capacité à nous rappeler aux doux souvenirs de Woodstock. Psyché et feel-good music, Aldous RH a ce côté groove et sexy qui le place en bonne tête dans le peloton de la pop ensoleillée et rêveuse. Après reste à voir ce que tout cette Sensuality (son dernier single en date) rend sur scène.

Autre nom et autre immanquable qui ouvrira les portes du Pitchfork le deuxième jour du vendredi, j’ai nommé C Dundan. Certainement, le meilleur exemple de ce que la pop indie devrait être : belle, simple et surtout sensible. Il y a du Air dans les mélodies de C Dundan, mais qui sont loin d’être accessible, tellement elles volent très haut, pas loin des étoiles. À 17h30, la nuit risque de démarrer plus tôt et la sieste de se prolonger encore avec délice et malice. Dans tous les cas, cette dream pop cristalline pourrait bien être le meilleur remède pour sortir de la torpeur de la fin de semaine.

❤️ Attention, il ne faudrait pas louper aussi mes petits chouchou : Whitney. Après avoir écouté No Woman, il est certain que vous aussi vous tomberez amoureux de leur style désinvolte. Le ‘supergroupe’ formé autour du duo Max Kakacek (Smith Westerns) et Julien Ehrlich (Unknown Mortal Orchestra) ont publié un premier disque au songwriting bucolique nimbées d’une jolie patine seventies. Light Upon The Lake est l’album du printemps et Whitney viendra cultiver ses jolies fleurs en direct de la Grande Halle, histoire de mettre en déroute cet automne pleurnichard. Rendez-vous le samedi à 18h55 !

Sans oublier, Joey Purp qui ouvrira les portes du samedi à 17h30. Au début de l’été, il a couché tout le monde en sortant l’une des grandes mixtapes hip-hop de l’année : iiiDrops. Depuis, l’élève semble dépasser son maître Chance The Rapper, tant la puissance de son flow semble capable de déplacer les montagnes, sans mettre en lumière ses instrumentaux d’une classe imparable. Certainement le grand moment hip-hop de cette édition.

Côté valeurs sûres : Suuns, Parquet Courts, Explosions In The Sky, Flavien Berger et Warpaint

Belle brochette de champion
Belle brochette de champion

Pas forcément grosses têtes d’affiches, plutôt valeurs sûres et certaines de concerts de qualitay. Forcément, il y aura Sunns qui était venu défendre leur génial troisième album Hold/Still à la Route du Rock l’été dernier (cf. mon report). – les deux festivals n’étant jamais trop loin dans la prog… Ils nous ont surtout et tous retourné le cerveau avec leur rock toujours plus radical et expérimental. De loin, le grand moment de cette RDR2016, certainement la même pour #P4Kparis. Et dire qu’ils se trouvent trop pop à leur goût… Sunns continue d’explorer les zones les plus distordues et sombres de l’indie-rock en piochant allègrement dans le krautrock et les musiques électroniques. Le résultat ? Des morceaux labyrinthiques, soniques, parfois étouffants mais toujours prêts à exploser. Et nous avec eux. Vous verrez bien le jeudi à 19h35, juste après Parquet Courts.

❤️ Autre valeur sûres, les chouchous Parquet Courts. De loin, le groupe le plus prolifique de ces dernières années et c’est tant mieux, les voilà de retour avec certainement plein de nouveaux titres dans la hotte. Un groupe qui sent bon Brooklyn et tout ce que Pitchfork vénère. Encore heureux qu’ils y soient présent cette année et il serait bien con de rater le coche. Entre post punk, garage rock et psyché, le catalogue de Parquet Courts nous fera halluciner, danser et fêter le meilleur du rock actuel. Le meilleur concert du Pitchfork Music Festival Paris 2016, c’est déjà dit ! Vous verrez bien le jeudi à 18h45.

On continue avec Explosions In The Sky. Ce groupe mythique qui écrit la bande son de l’univers depuis déjà 17 belles années. Les américains d’Explosions In The Sky débarquent à Paris avec le pari de démontrer que ces papis du post-rock sont encore d’actualité. Une musique si chère aux fans du Pitchfork dont ils ont écris les plus belles lettres de noblesse. À vous de voir, si, vendredi à 20h40, vous compterez voir ce live les yeux fermés et voyagez à travers ces émotions de l’intérieur, ou grands ouverts pour mieux prendre les claques que vous risquerez de recevoir avec plaisir.

En écrivant ces quelques lignes, je n’aurai jamais imaginé inclure Warpaint en valeurs sûre. Mais après avoir écouter leur dernier album Heads Up, je dois bien admettre avoir perdu toutes mes rancoeurs vis-à-vis de ce groupe. Après une prestation plus que mitigée en 2014, mes principes sont tout bouleversés désormais. Certains regrettent l’époque passée, personnellement j’ai envie de leur redonner une chance, de broyer du noir de nouveau avec mes best ex-friends. Rendez-vous samedi à 21h30.

❤️ Le meilleur pour la fin. La cerise sur le gâteau de ce Pitchfork. Dans les derniers noms annoncés, il y a eu Flavien Berger, et c’est tellement une bonne nouvelle de le savoir à nos côtés pour cette édition. Le dada de l’indie française portera haut les couleurs d’un bleu-blanc-rouge fédérateur. Fierté assumée de ce seul Français en solo dans cette programmation. Avec son premier album Léviathan, Flavien Berger secoue les codes de la pop française et nous invite dans ses montagnes russes électrisantes. On va beaucoup s’amuser vendredi à 19h45. Une grande et dansante claque, une des plus belles de 2015. Vivement la suite.

Côté têtes d’affiche : Moderat, Todd Terje & The Olsens, DJ Shadow et M.I.A.

C'est qui le patron ?
C’est qui le patron ?

Côté têtes d’affiche, impossible de passer à côté de M.I.A. L’immense nom de l’édition 2016. Pas forcément, le plus attendu personnellement, mais ne boudons pas le plaisir de découvrir enfin celle derrière Borders, Paper Planes ou encore Bad Girls. Après trois années d’absence, la chanteuse britannique a décidé de faire son grand retour sur la scène du Pitchfork en France. Comme pour Riri, Queen B et tutti quanti, il y a plusieurs écoles qui tentent en ce moment même d’imprégner leur musique d’un discours engagé. M.I.A. est de loin la plus crédible. Phénomène de mode ou éveil des consciences citoyennes et marketing pour les autres, pour ce qui est de M.I.A. tout cela ne date pas d’hier, et il est certain qu’à Paris, elle aura beaucoup à dire. Son show de samedi à 23h10 risque d’être explosif.

❤️ Todd Terje & The Olsens n’est pas forcément une tête d’affiche à proprement parlé, mais dans mon coeur il est certainement la plus grande. Le fantasque DJ avait déjà arpenté les scènes du Pitchfork, quel bonheur de le retrouver encore une fois avec cette fois ses Olsens, et on ne parle pas des deux jumelles bien sûr. Certainement, le meilleur concert auquel j’ai pu assister. De la danse du début à la fin, du bonheur qui part des hanches pour finir aux zygomatiques. Préparez vous à ce marathon du dancefloor. Vendredi 23h sonnera le tempo.

Que dire de Moderat. Simplement le meilleur trio du moment sur la scène électro. Forcément leur présence en fermeture du vendredi est attendu comme celle du Messie. Capable de jongler entre basses charpentées et electronica pop, le duo Modeselektor et Apparat n’a jamais déçu en live. Auteur d’un live d’exception à Paris en début d’année, Moderat est de retour pour présenter une nouvelle fois son dernier et monumental troisième album et en mettre plein la vue au Pitchfork, toujours accompagné des visuels fantastiques de Pfafinderei.

On doit à DJ Shadow une partie de l’ADN du trip-hop et les plus belles lettres de son histoire, du titre Organ Donor à son album The Private Press, il serait con de louper ça. C’est avec son dernier The Mountain Will Fall qu’il débarque au Pitchfork jamais aussi certain de son talent. Parce que entre temps, DJ Shadow a survécu à toutes les tendances de passage, qu’il a su digérer sans singer qui que ce soit. Avec 25 ans de carrière au compteur, le producteur anglais revient sur scène en 2016 avec une nouvelle mue artistique sous le bras, concrétisée sous la forme cet album d’excellente facture qui embarque aussi bien Nils Frahm que Run The jewels dans la danse. Les prochains invités de son trip musical, c’est vous le jeudi à 21h15.

Et puis n’oublions pas aussi Nick Murphy dans son nouveau projet feu Chet Faker, bien que le Chet soit généralement bien fade sur scène.

Découvrez la programmation du Pitchfork Music Festival Paris 2016 en musique


pitchfork-2016

☞ Achetez vos places sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Partagez