@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

La websérie Touche Française raconte le pourquoi du comment de la French Touch

touche-franc%cc%a7aise-2Anecdotes, digressions, archives inédites : les principaux acteurs de la French Touch reviennent sur les secrets de cette musique, leurs influences et décryptent le phénomène. Regardez la websérie Touche Française de ARTE Creative.

Du pionnier Laurent Garnier aux influences métissées de Motorbass, des révolutionnaires Daft Punk aux électrons libres et pop tels que Air ou Sebastien Tellier en passant par l’electroclash de Vitalic… La nouvelle série Touche Française nous apprend tellement sur la musique électronique française à travers 12 épisodes à consommer sur place.

Écoutez le meilleur des samples de la French Touch dans une mixtape de NOw FUTUR

Touche Française est une plongée visuelle et sonore au cœur d’un mouvement qui a su replacer la France sur la carte du divertissement international. Entièrement enregistrée en son binaural, la websérie permet de revivre littéralement “le son” French Touch. Chaque épisode se ponctue par une reprise originale du titre initial par un des artistes du moment et une playlist de ces morceaux est à écouter tout en bas de l’article. D’abord, il faudra regarder chaque épisode. Touche Française est une websérie documentaire en 12 épisodes, de Guillaume Fédou et Jean-François Tatin, réalisée par Jean-François Tatin, produite par Silex Films et ARTE France.

Touche Française (1/12) – Black chimie


Les ex-Motorbass Philippe Zdar et Etienne de Crécy reviennent sur la création de l’album Pansoul (1996) où un certain Jimmy Jay, producteur de MC Solaar, a posé ses Flying Fingers. Considéré par beaucoup comme album fondateur de la French Touch, Pansoul est révélateur du son métissé de l’époque, un son house influencé par le hip hop et le funk. C’est aussi le temps des raves mémorables qui ont contribué au succès de la techno, où l’on danse encore ensemble et pas encore devant le DJ.

Touche Française (2/12) – Techno combat


Le pionnier de la house Laurent Garnier raconte comment Flashback a réussi à faire entrer la culture techno sur la bande FM – jusqu’aux Victoires de la Musique ! – tout en respectant les quotas de chanson française imposés par le gouvernement, à une époque où la musique électronique a pour ennemie sa propre image, celle d’une musique de voleurs et de drogués. Un succès qui croit avec le développement des soirées comme les “Wake Up” qu’il organise alors au Rex à Paris.

Touche Française (3/12) – Daft club


Avec les Daft, on assiste à l’arrivée d’un son addictif qui rassemble tout le monde et pas qu’en France. Da Funk devient un hymne et lance le succès planétaire du groupe. Une révolution pour toute une génération d’artistes, un son qui réconcilie ravers, clubbers, rockers et rappeurs. Mais également une nouvelle Culture Club portée par les soirées “Respect” au Queen, gratuites et ouvertes à tous. Dans le plus grand club des Champs Elysées elles rompent avec l’élitisme des soirées parisiennes de l’époque.

Touche Francaise (4/12) – Versailles breakdown


Les artisans d’un son français aussi planant qu’érudit racontent comment leur ville de naissance a contribué à leur style pop romantique – et mystique – à part entière. Equilibre, proportions, perspectives et grands espaces qui symbolisent Versailles se mirent dans leur musique à l’esprit d’infini. Nicolas Godin (Air) livre quelques secrets (intimes) de fabrication. Le duo de producteurs est propulsé sans s’y attendre sur le devant de la scène. Ils y retrouvent leurs camarades de lycée Etienne de Crécy, Alex Gopher et leurs amis du groupe Phoenix. Les sexy boys de Versailles chantent en anglais et rayonnent dans le monde entier.

Touche Française (5/12) – Easy Paris


A la rencontre des “electro dandies” Bertrand Burgalat, Ariel Wizman, Eric Dahan, qui autour du jazz-house hérité du Saint-Germain-des-Près d’après-guerre, expliquent en quoi la Touche Française est d’abord une affaire d’élégance. Le tunnel et sa ligne à grande vitesse inaugurée quelques années auparavant réconcilient les deux côtés de la Manche, le easy listening et la culture lounge débarquent à Paris. L’hédonisme français et la classe parisienne reprennent leurs droits. Paris c’est chic !

Touche Française (6/12) – Apogée


1998-1999-2000 : la France qui gagne. Victoires sportives mais aussi phénomènes musicaux, c’est l’heure de gloire des petits frenchies à l’international. Music sounds better with you de Stardust explose. Demon impose un “French Kiss” à la face du monde dans son fameux clip en plan fixe. Ce “You” intime et fédérateur permet à la house française de s’exporter comme jamais, grâce à des sons efficaces et une économie de mots. L’Amérique n’est plus un rêve. On s’habitue aux tops sur NRJ mais aussi sur BBC radio.

Touche Française (7/12) – Electroclash


Fini le métissage et le groove des années 90, l’électro allemande et le succès du label International DeeJay Gigolo Records convoquent la new wave dans une électro efficace qui prend le pas sur une house qui s’essoufflait. On retrouve dans l’electroclash des DJ Hell et Vitalic la techno des débuts : un son surpuissant venu du froid qui vient briser une période à tendance assez commerciale, sage, et au son propre. C’est sur les Grands Boulevards parisiens, notamment au Pulp à Paris lors des soirées “Kill the DJ” que rockers et ravers, hétéros et riot grrrls, réchauffent le dancefloor.

Touche Française (8/12) – Heavy disco


Au mitan des années 2000, alors que tout le monde ne bruisse que du “retour du rock” et des “baby-rockers”, deux graphistes d’élite lancés par Pedro Winter, ancien manager des Daft Punk et créateur du label Ed Banger, décident de rendre justice à l’électro. Gaspard Augé et Xavier de Rosnay mâtinent leur rock attitude de heavy metal et de disco, et font de We Are Your Friends le tube de la génération MySpace.

Touche Française (9/12) – Electro libre


Digne héritier des aventuriers du son français que sont les trois “Pierre” Schaeffer, Boulez, Henry, ou encore Jean-Jacques Perrey et François de Roubaix, Jackson incarne le lien entre cette avant-garde et les dancefloors du monde entier. Ses installations sonores l’ont mené jusqu’à la Villa Médicis, pension romaine idéale pour commettre de nouveaux défis esthétiques.

Touche Française (10/12) – Pop dissidence


Arrivé tel une météorite dans le paysage musical de la fin des années 90, l’excentrique barde barbu Sébastien Tellier a aussi porté les couleurs de la France à l’Eurovision avec Divine – pour finir glorieusement dernier. Incarnation de la part pop et scintillante de la French Touch. Ses complices Rob ou Phoenix animent également cette pop symphonique française, distinguée et romantique.

Touche Française (11/12) – Drive in


Avec une Ferrari pour corbillard, Nightcall est la bande-son d’une résurrection… cinématographique de la French Touch. L’expression est devenue péjorative à force de servir à tout vendre. Les vétérans se réinventent au sein d’une culture pop américaine qui les a façonné. Conceptualisée avant d’être composée, cette ballade romantique qui hante le film Drive de Nicolas Winding Refn est un travail d’équipe 100% French Touch puisqu’elle est le fruit des talents de SebastiAn, des Daft Punk, de Sébastien Tellier et du zombie Kavinsky.

Touche Française (12/12) – After Party


Tournants jusqu’en Australie avec Breakbot ou The Dø, les jeunes allumés de La Femme livrent une pop racée a priori plus influencée par le rock 60’s que par la scène techno. Mais l’esprit French Touch aujourd’hui c’est eux qui l’incarnent le mieux, en Amérique et ailleurs, mais en français ! La fête a changé : on ne revendique plus, on s’abandonne, la nuit comme le jour. On renoue avec les esprits fondateurs de la techno tout en adoptant les règles désormais universelles du clubbing.
L’esprit “free party” dans un corps de boîte de nuit.

Écoutez la playlist de la websérie Touche Française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Partagez