@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

Avec Godspeed, Griefjoy est de retour avec une électro aussi bien dansante que lumineuse


griefjoy godspeedC’est une métamorphose divine. Griefjoy passe la vitesse supérieure avec leur second album Godspeed. Désormais plus un projet électro qu’une formation pop, la nouvelle musique de Griefjoy souhaite nous inviter à danser plus fort encore. C
laquant aussi bien les oreilles que les hanches, les mélodies sont imparables et la réussite insolente. Attention, on tient là certainement un des meilleurs albums de l’année. Et surtout un des meilleurs concerts à venir. 

Alors que le premier album éponyme de Griefjoy mettait déjà un premier pied sur le dancefloor, tout en offrant déjà une musique ambitieuse, lyrique et fière, le second opus Godspeed passe la vitesse supérieure et invite ses auditeurs à encore plus de fête. Désormais Griefjoy s’empare de l’électro plus fort encore pour nous faire danser comme jamais. Dès le premier titre Hollygrounds vous serez invités à suivre les nouveaux pas de leur danse sainte. Vous vous déhancherez ensuite sur Lights On et Why Wait. Danserez comme aux plus belles heures des raves aux ‘Haçiendas’ avec Scream Structure, Godspeed ou You My Love. Une danse pure et aérienne qui semble être le nouveau mantra de Griefjoy. La métamorphose est frappante et claquante. Elle démontre que Griefjoy est bel et bien le groupe le plus éclairé du moment sur la scène française. Idéal pour la scène en tout cas. La preuve au Printemps de Bourges en bas de l’article.

griefjoy
Quand Griefjoy sort de l’ombre

Révélé en 2013 grâce au tube Touch Ground et un premier album studio très réussi, Griefjoy est de retour aujourd’hui avec le merveilleux et incroyable Godspeed. Avec ce second opus, le groupe d’amis d’enfance composé de Guillaume Ferran (compositeur-chanteur), Billy Sueiro, David Spinelli et Romain Chazau confirme leur goût pour les sonorités électro, et affirme surtout un peu plus l’identité qu’ils cherchaient depuis leurs débuts. Godspeed, c’est 13 titres aux mélodies d’une finesse inouïe, parfaits pour les soirées dancefloor, alliant une techno puissante et un instrumental dont la beauté rappelle parfait le chant des sirènes. Guillaume n’hésitant pas à jouer des aigus pour mieux nous surprendre. L’ensemble est si bien orchestré qu’on ne voit pas défiler l’album. Une prouesse de production à noter pour un groupe dont la moyenne d’âge est de 25 ans à peine.

Ce Godspeed était la suite logique pour le groupe, comme a pu me l’expliquer Guillaume au comptoir. Tout ce travail électro s’est fait assez naturellement et rien n’a vraiment été calculé. C’est juste qu’il s’est passé trois ans entre le premier et le deuxième album, et la tournée les a incité à aller vers plus d’efficacité. Ils se sont vite rendu compte au fil des scènes qu’ils prenaient surtout plaisir à faire danser leurs publics le plus possible. La nouvelle direction artistique est toute trouvée alors : produire des morceaux taillés pour la scène tout en conservant leur idéaux d’une musique ambitieuse et cérébrale comme Radiohead ou Moderat, efficace et dansante comme Daniel Avery ou Modeselektor, solaire et mélodique comme Nils Frahm ou Gonzales. Des influences évidentes pour ces musiciens de Conservatoire curieux et qui connaissent les bonnes références.

griefjoy godspeed 2
Contraste divin

Avec Godspeed, Griefjoy passe avec classe l’épreuve du deuxième album en parvenant à la fois à resserrer leur propos et à élargir leur palette : plus d’émotions, de lâcher-prise, de virages, mais surtout plus de maîtrise. Aussi Griefjoy invite-t-il à de brefs voyages entre paix et inquiétude, entre puissance et abandon, entre envol et plongée… Un contraste divin tout du long entre pop céleste et électro méthodique, entre lumière et obscurité, qui ne vous laissera pas indifférent. C’est tout le mal que Griefjoy vous souhaite en tout cas.

Godspeed de Griefjoy est sorti le 22 avril 2016 chez Arista. Vous pouvez l’acheter sur iTunes et l’écouter sur Spotify et Deezer à la suite. 

Griefjoy sera sur la scène du We Love Green le 4 juin.

Vous pouvez suivre Griefjoy sur leur siteFacebook et Twitter.

Écoutez Godspeed de Griefjoy

Regardez Griefjoy sur la scène du Printemps de Bourges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Partagez