@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

Une star d’Instagram craque et raconte l’enfer derrière les selfies

C’est l’enfer derrière les selfies. Essena O’Neill cumulait presque 730 000 abonnés sur Instagram et 260 000 sur YouTube, elle était considérée alors comme une des personnalités les plus influentes sur les réseaux sociaux en Australie. Il y a quelques jours, elle a craqué et a pris la parole pour expliquer l’impact négatif que ces millions de clics et de like avaient sur elle, et sur les utilisateurs des réseaux sociaux en général.

Essena O’Neill a 18 ans et une star dans son pays, elle a ce genre de vie que toute les filles de son âge rêvent. Une vie faite de jolies robes et maillots, de plages, d’animaux pipou, de ventre plat et de selfie. Une vie gagnée à coup de clics et de like, et à coup de beaucoup de dollars grâce aux marques dont elle faisait la promotion. Une vie fantasmée, filtrée, et enjolivée dont elle a décidé de mettre un terme lundi 2 novembre à travers une vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=gyI2Sugw6Yc

“Je vivais dans un système dont la logique était : ‘Si tes gènes font que tu es plus belle, alors tu es plus importante’.”

Dans cette vidéo, Essena O’Neill raconte son mal-être depuis 3 ans. A vouloir se raconter une vie sur les réseaux sociaux, elle s’est perdue dans ses histoires, ses filtres, ses retouches et ses multiples shooting. Parce qu’en réalité, Essena O’Neill est comme nous : elle a des boutons, des cernes, une sale peau, et parfois même une goutte au nez comme elle le prouve dans sa vidéo. Alors voilà, elle a craqué devant tant de mensonges dans son quotidien. Essena O’Neill explique qu’elle était en attente permanente d’une approbation venant des réseaux sociaux. Une approbation faite de commentaire et de like par des inconnus. Elle était constamment à la recherche de la jeune fille parfaite qu’elle voulait être. Elle avait cette sensation de “vivre dans un système dont la logique était : ‘Si tes gènes font que tu es plus belle, alors tu es plus importante’.

Après avoir supprimer ses comptes Tumblr et Snapchat et effacé 2 000 photos sur son Instagram puis l’avoir renommé ‘Les réseaux sociaux, ce n’est pas la vraie vie’, Essena O’Neil a mis en ligne Lets’ be game changers pour inciter les jeunes générations à abandonner eux aussi cette course à l’image. La jeune fille a même modifié les légendes des photos qu’elle a laissées sur Instagram pour raconter l’envers du décor de ces “clichés de rêve”.

NOT REAL LIFE – paid $$$ to promote both the jeans and top. More info on how instagramer’s make a lot of $$$ on www.letsbegamechangers.com Une photo publiée par Social Media Is Not Real Life (@essenaoneill) le

There is nothing zen about trying to look zen, taking a photo of you trying to be zen and proving your zen on Instagram.

Une photo publiée par Social Media Is Not Real Life (@essenaoneill) le

Une menteuse la Essena. Elle a décidé de changer tout ça. De raconter sa véritable histoire à travers le site Lets’ be game changers ; Soyons acteurs du changement. Un site pour les personnes qui veulent changer la société. Sur ce site mis en ligne le 31 octobre, la jeune fille a déjà posté quatre vidéos, dans lesquelles elle apparaît sans maquillage, au naturel. “Elle souhaite y informer les gens sur le danger de rechercher une validation [de soi] sur les réseaux sociaux. ‘Je sais que vous n’êtes pas arrivés dans ce monde pour rentrer dans une case. Si vous êtes ici, c’est que vous voulez faire changer les choses. Vous n’avez pas encore conscience de votre pouvoir’.” Un pouvoir fait de réseaux sociaux et qu’elle a gagné à coup de likes, mais un pouvoir qu’elle a décidé d’utiliser pour de meilleurs causes. Si elle peut utiliser son influence pour changer le monde, je suis pas contre. En tout cas, sa prise de conscience est touchante.

Edit : Essena O’Neill a supprimé son compte Instagram et retiré sa vidéo suite aux diverses critiques qu’elle a reçu par la suite, comme l’explique un article du Huff. Comme quoi tout ceci serait un mensonge pour encore plus se faire mousser. L’immense battage médiatique a eu raison d’elle et de son histoire. La vérité est ailleurs, et tout cette histoire après réflexion en touche une sans trop faire bouger l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Partagez