@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

Qui a besoin de drogue quand il y a Google ?

C’est complètement psychédélique. En soumettant une image à Google, celui-ci y fait apparaître des formes surréalistes, donnant naissance à un trip bien costaud. Partez très loin avec le Google #DeepDream.

En juin 2015, Google explique à travers un blogpost que leurs ingénieurs ont créé un nouveau programme d’intelligence artificielle qui demandent littéralement aux machines de rêver. L’idée était de mieux comprendre comment les machines apprenaient les choses et les images surtout. Comme expliqué sur rue89, l’idée de l’inceptionnisme façon Google est la suivante. Quand vous étiez petit, vous vous êtes sans doute allongé dans l’herbe pour observer les nuages. Laissant faire votre imagination, vous avez vu apparaître des dragons, tandis que vos amis y voyaient plutôt des bateaux ou des lapins. Google a voulu savoir du coup ce que leurs systèmes de reconnaissance d’image voient lorsqu’on leur propose différentes images avec comme unique consigne « Qu’importe ce que tu y vois, je veux le voir encore plus ». De là leur machine se sont mises à créer des images complètement surréalistes. A imaginer toutes sortes de choses, comme dans des rêves, des rêves complètement psychédéliques. En effet, le réseau de neurones artificiels utilisé par les chercheurs de Google a été entraîné à reconnaître des formes sur des images. Il a, pour cela, été nourri de millions d’images afin d’apprendre à classifier les formes. Du coup, à force de vouloir voir encore plus, tout part en couille.

En appliquant cette méthode à plusieurs images, l’équipe de Google a collectionné tous les “rêves” de ses réseaux de neurones artificiels (c’est le terme employé pour désigner les systèmes de reconnaissances d’image) dans une galerie numérique dédiée à “l’inceptionnisme”.

ibis
De l’herbe de qualité
seurat-layout
Déjeuner sur l’herbe avec son apéro d’acide

Fort de ce succès et très fier de leur rêves, Google a décidé de rendre leur outil public. Il en faut peu pour que photos totalement délirantes et psychédélique envahissent du coup les réseaux sociaux, affublées du hashtag #deepdream. Une tout nouvelle forme de création artistique vient de voir le jour. Et avec elle un bon gros trip bien acide.

https://twitter.com/TatteredJah/status/623546164076486657

https://twitter.com/poule_raptor/status/624206874171338752

https://twitter.com/Hareng2Bismarck/status/622536925870731264

Do not let Google’s Deep Dream code have access to gifs. The things it makes with them are terrifying.

Envie de faire votre propre DeepDream ?

Certes, les ingénieurs de Google ont mis le code source du projet à disposition sur GitHub, mais il faut des connaissances en programmation pour être capable de l’utiliser. Perso, j’ai rien compris et j’ai vite abandonné.

Heureusement, des développeurs ont créé une interface Web de Deep Dream facile à utiliser. Néanmoins, victime de son succès, le site est assez lent et les photos prennent du temps à être analysées. Mais surtout, ce programme ne permet pas de jouer avec les paramètres de l’outil, et le résultat n’est pas toujours à la hauteur des espérances. Autre solution : un développeur a créé un environnement virtuel à installer. A vous de rêver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Partagez