@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

📷 Les photos de Thomas Jorion venues d’un autre temps

Photographe parisien, Thomas Jorion parcourt le monde pour immortaliser des paysages urbains singuliers et intemporels.

Alors que de nombreux photographes cherchent à capturer de beaux moments éphémères avec leur objectif, le photographe Thomas Jorion est attiré par une chronologie plus éternelle. À l’aide d’une caméra analogique grand format 4×5″, il se concentre sur les lieux abandonnés : espaces et structures urbains perdus dans la nature et le temps. Dans ses photographies, des bâtiments autrefois majestueux et en grande partie oubliés bénéficient de la même composition et de la même attention qu’ils pourraient recevoir.

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion est un artiste autodidacte. Il réalise ses images en lumière naturelle en se concentrant sur ses lieux en ruines ou délaissés et nous permet de redécouvrir et d’imaginer leur gloire passée, d’un temps révolu. En 2013, les éditions La Martinière publient Silencio, ouvrage qui regroupe plusieurs de ses séries : Silencio, L’autre Amérique, Konbini, La quête des soviets… De 2013 à 2016, Thomas Jorion concentre son exploration photographique sur les anciennes colonies ; une nouvelle série, Vestiges d’empire donnera lieu à un second livre aux éditions de La Martinière paru à l’automne 2016 et présenté à l’occasion de sa participation à Paris Photo. Depuis Thomas Jorion a repris et développe cette série Veduta de Palais Italiens qui est présenté actuellement à Paris.

Dans la suite de Vestiges d’empire, où il figeait les ruines de l’empire colonial français, le photographe Thomas Jorion propose avec Veduta une plongée dans une Italie d’un autre temps. Palais, jardins, masserias, villégiatures estivales, le photographe a sillonné l’Italie du nord au sud pendant près de dix ans pour trouver ces écrins mystérieux et silencieux dont plus personne ne se soucie. La grandeur et le faste architectural de ces riches demeures du XVIIIème et XIXème siècles perdurent ainsi par le prisme du regard du photographe. Ces images, si méditatives, photographiées à la chambre, nous convient à un voyage italien, un grand tour aux allures solitaires.

Le temps est soudainement comme étiré, sans repères. On assiste à une distorsion du présent à travers ces lieux vides, arrêtés, hors de toute agitation. La nature reprend invariablement ses droits dans ces lieux intemporels habités par cette présence d’absence. La végétation pousse alors les pierres de ses racines, modèle un nouveau visage , souvent plus sauvage et énigmatique, mais tout aussi fascinant. Les persiennes closes d’une salle de bal laissant danser la poussière dans les derniers rayons du soleil et sur les pampilles d’un vieux lustre ; une chambre aux fresques défraichies où les nymphes d’un aréopage antique nous toisent de leur superbe dans une odeur de fougères et de bois vieillissant… Tout concourt à un doux songe romanesque.

Dans nos sociétés sous pression, de rentabilité et d’optimisation de chaque instant, Thomas Jorion prend lui le temps et nous conte à travers ses clichés silencieux d’autres histoires. Il nous questionne de façon absolue sur notre rapport à la vie et au temps. Ces lieux désertés où l’homme était mais n’est plus, interrogent le spectateur comme une inéluctable mise en abîme, sommes-nous les auteurs, les acteurs de cet abandon ? Sommes-nous les témoins de notre passé ou face à ce qu’il adviendra ? Telle des vanités des temps modernes, des memento mori, les photographies de Thomas Jorion sous-tendent implacablement l’éphémère et la fragilité de l’existence humaine.

À la suite, vous pourrez découvrir les tirages de la série Veduta. Cette exposition visible jusqu’au 6 avril 2019 à la Galerie Esther Woerdehoff explore les villas et les palais abandonnés d’Italie. Je vous recommande également de jeter un oeil sur sa majestueuse série Silencio directement sur son site.

☞ Suivez Thomas Jorion sur son portfolio et Instagram.

Découvrez la série Veduta de Thomas Jorion

Un plat concocté avec l’accord de Thomas Jorion.

Total
1
Partagez