Du début des années 1800 aux années 1960, les travailleurs anglais se faisaient réveiller par des « réveils humains » qui utilisaient de longs bâtons de bambou ou des petits pois…

Avant que les réveils ne soient inventés, certains utilisaient le chant du coq ou le bruit des cloches de l’église. Les travailleurs de Londres et des autres villes britanniques comptaient sur les autres pour s’assurer qu’ils étaient réveillés à temps pour se préparer au travail. Ces personnes fiables étaient connues sous le nom de « knocker-upper ». Dans une entrevue avec Great Big Story, l’historien londonien Richard Jones explique ce que ces gens d’une autre époque faisait pour travailler, comment ils réveillaient leur client et qui les réveillait quand ils devaient être au travail.