@
Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et réveillez votre curiosité ᕕ( ᐛ )ᕗ

Coup de foudre incroyable et immédiat pour Crush de High Water

high-waterOn le tient certainement là, le plus bel album de 2016. Crush porte si bien son nom. Un véritable coup de foudre de la première à la millième écoute. High Water est un tout nouveau projet du label Other People. Will Epstein de son véritable nom a été accompagné par Nicolas Jaar tout au long du processus créatif, de cette libération artistique. Et forcément, on aime énormément ce génie électro-expérimental ❤️

High Water. Le nom ne vous est certainement pas familier. En tout cas, je ne connaissais pas avant que l’ami Kyure me balance son album Crush en recommandation sur Spotify. Il y a de ça 4 mois au moins. Et je tombe dessus que depuis hier soir. Et le coup de foudre a été immédiat. De la première à la millième écoute qui a suivi. Inconnu à mon bataillon, High Water restera certainement l’artiste le plus beau que j’ai pu découvrir cette année. Une parenthèse merveilleuse d’un artiste hors-du-commun. Et pourtant, peu de monde en a parlé de cette merveille d’album qu’est Crush. Et pourtant ce tout premier album pourrait bien être la grande révélation indie de 2016. Il ne faut pas croire l’indexation de Spotify, si vous cherchez son nom, l’autre album qui suit n’est pas clairement pas de lui. En tout cas, Crush est en boucle ce matin encore, lorsque j’écris ces quelques mots, certainement lorsque j’écrirai les prochains.

high-water
High Water, un projet de Will Epstein. Un nom un poil plus connu pour ceux qui suivent les aventures de Other People. En effet, High Water a été créé avec l’aide de Nicolas Jaar, le génie électro-expérimental fondateur du label. Nicolas Jaar a produit Crush et a eu une part, certainement, très importante dans l’artistique de cet album et dans la libération de High Water. D’ailleurs, les paysages sonores et les textures tout du long ne sont pas différents de ceux figurant dans Space Is Only Noise de Nicolas Jaar ou Psychic de Darkside. Il y a cette voix en plus qui émerveille l’ensemble. Crush est un album bien plus vocal et organique que Other People a l’habitude de produire. Et c’est justement sur ce point de démarcation que Crush prend toute sa splendeur.

Tout du long de Crush, Will Epstein montre qu’il sait comment jouer habillement de ses cartes. Malicieux, il mélange les genres et distribue des moments de grâce au moment idéal. Cet album respire la sérénité et l’émotion, la chaleur et la froideur. Will Epstein cache bien son jeu. Chaque piste, chaque son est là pour une raison, et tout est si bien réfléchie qu’on se laisse prendre à son jeu sans s’en rendre compte outre mesure. Will Epstein est conscient de l’équilibre nécessaire pour faire un excellent album, de faire qu’un album soit considéré comme un chef-d’œuvre. Le mot est lâché. Même les 58 secondes Woman In The Dunes sont d’une nécessité absolue pour comprendre le jeu de High Water. Rien n’est laissé au hasard. Rien n’est là pour remplir le vide, tout est fait pour transporter l’auditeur dans un voyage unique. Des morceaux comme Forecast montrent par exemple le côté passionné de l’écriture d’Epstein, là où le piano et l’orgue électriques dominent. Et puis ces fameuses 58 secondes. ‘Come hell or high water’, quoi qu’il advienne, Crush vous touchera forcément à un moment.

Le morceau le plus séduisant de Crush reste sans contexte cette reprise de Change the Locks de Lucinda Williams. D’un hymne country rock, la version de Will Epstein déroule un esprit reggae dans sa rythmique électro. Et à travers cet effet de réverbération psychedelique de dub, Will Epstein chante un nouveau style, un nouveau genre, une nouvelle verve électro de génie.

Pourtant, Crush a certainement quelques revers. Il n’est pas tout à fait aussi attrayant et explosif que certains premiers albums électro de ces dernières années. Il est difficile pour Crush de se démarquer parmi les premières parutions d’artistes équivalents comme celles de Days Gone By de Bob Moses ou Sacred Ground de Howling, mais c’est certainement pour cela que j’aime tellement Crush de High Water. Moins connu, plus expérimental, pourtant plus accessible et surtout bien plus personnel quelque part. Je suis certain que chacun trouvera ce petit quelque chose qui le fera tant aimer ce Crush. Ce petit détail qui fait de cet album un véritable chef d’oeuvre.

☞ Crush de High Water est sorti en juin chez Other People, s’achète sur leur site ou sur iTunes, et s’écoute à la suite. 

☞ Suivez High Water sur Facebook et Twitter

Ecoutez Crush de High Water

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Total
0
Partagez