D’un désastre écologique, faire quelque chose de beau. Le laboratoire singapourien Graviky Labs développe actuellement AIR-INK, une encre constituée et produite à partir d’air pollué et recyclé, selon une technique venue du MIT.

En France comme ailleurs dans le monde, les épisodes de pollution deviennent monnaie courantes et l’air devient alors de plus en plus irrespirable pour tout le monde. Constatant l’inefficacité des mesures de santé publique élémentaires, Anirudh Sharma, a eu une idée un peu farfelue : mettre la pollution en bouteille. Au lieu de combattre le problème à la source, l’idée est de récupérer la pollution atmosphérique directement des pots d’échappement ; compacter CO, HC, NOx… pour en produire de l’encre.

AIR-INK. C’est le nom d’une toute nouvelle matière qui a été mise au point par l’équipe d’inventeurs des Graviky Labs. Une encre de pigments noirs de grande qualité et d’une profondeur intense, produite uniquement grâce aux polluants automobiles.

https://www.kickstarter.com/projects/1295587226/air-ink-the-worlds-first-ink-made-out-of-air-pollu

Une encre composée uniquement de pigments noir de pollution.

L’idée n’est pas toute neuve, quelques vidéos avaient déjà tourné sur Internet il y a quelques mois et semaines. Depuis quelques jours, Graviki Labs passe la vitesse supérieure et lance son Kickstarter afin de commencer le développement d’AIR-INK.

Pour produire de l’AIR-INK, encore faut-il avoir d’abord son Kaalink. Cet objet se fixe sur tout type de pot catalyseur, adaptable à tous types de véhicules. Il peut même se fixer sur les petites cheminées apparemment. Après avoir capturé le carbone pur, la suie, le Kaalink fait passer cette pollution par un processus de purification avant de le convertir en encre. Il ne faut que 45 minutes d’émissions du véhicule capturées par Kaalink pour produire 30 millilitres d’encre et de peinture – assez pour remplir un des stylos offerts par cette campagne Kickstarter. Mais il n’est pas précisé si le véhicule peut rouler en même temps…

À lire aussi ☞  La Veille du Lendemain #85
Beau pot

Pour les écrivains, dessinateurs, illustrateurs, designers, street-artistes ou artistes en tout genre qui ont besoin d’encre pour créer, AIR-INK pourrait bien devenir une évidence. Encore faudrait-il voir le comportement de l’encre sur papier, mais elle semble être d’une excellente composition. AIR-INK a été distribuée à un groupe de sept artistes de rue, qui ont utilisé le matériau pour créer une fresque en plein cœur de Hong-Kong. Le lieu n’a bien sûr pas été choisi au hasard : la mégalopole asiatique figure parmi les villes les plus polluées du monde… Vous pouvez voir tous les projets d’artistes utilsant AIR-INK sur leur site.

☞ Pour plus d’informations, servez-vous sur le site de Graviky Labs et la campagne Kickstarter.



PARTAGEZ CE PLAT AVEC VOS AMIS


×