Voilà un petit moment que je n’avais pas pu prendre en main une « version sportive » d’une Audi. C’est avec un plaisir certain que j’ai pu alors prendre place derrière le volant de l’Audi SQ5 il y a quelques semaines, histoire de bien se rendre compte que sportivité rime aussi avec agilité et confort. Direction Bourges et les routes de Sancerre avec 354ch sous le capot.

Même joueur joue encore. Evidemment, il est difficile de cacher sur le site mon plaisir à rouler en Audi ces dernières années. Dernièrement, j’ai pu essayer par exemple l’Audi A7 Sportback, elle est assurément une sacrée belle joueuse. Dans la foulé, je me suis mis au volant de leur SUV sportif par excellence, et j’ai été, encore une fois, agréablement surpris par ce qu’avait à m’offrir l’Audi SQ5, dans un style forcément très différent de l’A7. Ce SUV impressionne par ses performances dignes d’une grande sportive. Malgré son gabarit, sa motorisation V6 3.0 TFSI propulse l’engin avec une grande facilité, sans à-coups, dans un confort atypique. Cette génération de moteur délivre quand même une puissance survitaminée de 354ch et un couple maximal de 500 Nm. Le tout s’accompagnant bien sûr d’une sonorité bien distinctive qui fait tout le charme de ce SUV sportif.

Juste avant l’été 2017, Audi n’avait pas tardé à décliner une version sportive à son Q5 commercialisé juste quelques mois plus tôt. Ainsi, le Q5 s’est paré d’un symbolique S pour ravir les fans du constructeur allemand. La belle nouveauté de cette mise à jour du SQ5 est sans contexte cette motorisation V6 3.0 TFSI, associé à la magnifique boîte automatique Tiptronic8. Fini donc Bi-TDI de 340 ch de la génération précédente et place à une noble mécanique à essence, seul motorisation disponible d’ailleurs. Dès les premiers tours de roues, on se rend vite compte de ces nouvelles performances. Les accélérations et les relances sont franches, titillant les oreilles dès le mode sport activé. Le passage de l’Audi SQ5 TFSI de 0 à 100 km/h s’effectue en seulement 5,4 secondes, avec une vitesse de pointe à 250 km/h (limitée électroniquement). Sacrée performance vu le gabarit du véhicule ; poids frôlant les 2 tonnes, longueur de 4,67m, largeur de 1,89m et hauteur de 1,64m. À défaut d’un caractère débordant, ce qui n’est pas plus mal à mon goût, ce V6 3.0 bi-turbo se montre vigoureux sous le capot du SQ5. Cependant, ne vous imaginez pas non plus sur un circuit, le bruit devient certes plus rauque, mais pas forcément fidèle à ce que l’on peut espérer d’un V6. Ce qui invite à aucun débordement et ce n’est pas plus mal. Vous restez quand même au volant d’un SUV, et vu les routes de campagnes prises durant le week-end, ce n’était pas plus mal d’éviter les excès. Et puis, malheureusement, ça consomme dès la pédale d’accélérateur s’alourdit… D’ailleurs, cette consommation excessive est peut-être l’un des seuls défauts de ce bon papa.

Entre sportivité, agilité et confort

Pour résumer, l’Audi SQ5 est la parfaite déclinaison sportive de la toute dernière génération d’Audi Q5. Il faut avoir l’oeil averti pour déceler les différences de design entre les deux SUV. Les courbes sont toujours aussi tendues, la carrosserie est toujours magnifiquement ciselée, le remodelage se joue dans les détails et dans le chrome. Pare-chocs, rétroviseurs, entrées d’air, diffuseur spécifiques et calandre avec doubles lamelles sont chromées pour mieux souligner ce tempérament athlétique du SQ5. À l’arrière se trouvent deux doubles sorties d’échappement imposants et distinctifs de la sportivité d’Audi, tandis que sur les ailes avant est apposé discrètement un élégant badge V6T. Et pour assoir son imposante silhouette, l’Audi SQ5 repose (forcément) sur de grandes jantes en 20 pouces (21 en options). À bord, des sièges baquets, mêlant cuir et Alcantara, surpiqués de rouge font leur apparition, de même que des inserts en carbone, sur les panneaux de portières et la planche de bord. Pour le reste, vous vous sentirez aussi à l’aise que dans un Q5. Personnellement, je dois avouer que cette succession de petits changements, de petits détails, rend le véhicule plus moderne et plus élégant encore, sans toutefois risquer de faire mal paraître les propriétaires du Q5.

Bien que l’Audi SQ5 soit un athlète dans l’âme, il ne manque pas d’agilité sur tous les terrains et conditions. Plus agile, moins sensible au roulis, le SQ5 à l’instar du Q5 se montre à son avantage sur tous les types de parcours. Surtout, le SQ5 n’oublie pas le confort avec une dotation d’équipement comparable aux exécutions Design Luxe et Avus. La transmission intégrale permanente quattro avec différentiel Sport, la boîte de vitesse tiptronic à 8 rapports et l’Audi adaptive air suspension sont bien sur de la partie. D’ailleurs, si la sportivité est de mise, le nouveau Audi SQ5 n’en oublie pas pour autant son ADN de SUV familial. Pour plus de polyvalence au quotidien, les sièges arrière peuvent être inclinés pour obtenir jusqu’à 610 litres d’espace. Pour encore plus d’espace de chargement, une fois les sièges rabattus, l’Audi SQ5 offre un volume de chargement de 1 550 litres. C’est Médor qui sera heureux de partir en balade.

En tout cas, vivement que les nouvelles technologies et habitacles des A8, A7 et A6 arrivent sur les SUV de chez Audi, histoire de mettre tout le monde dans le même moule de modernité, car ce retour à la molette et à l’écran non tactile fait parfois défaut sur ce SQ5. Mais bon, on ne va pas bouder notre plaisir. Car forcément, rouler dans ce genre de SUV premium reste une expérience exceptionnelle en soit. Ne soyons pas trop gourmand. Tout vient à point à qui sait attendre, avec l’Audi e-tron Quattro en ligne de mire.

« Entendez l’appel de la piste »

Toutes les infos de l'Audi SQ5 sur le site officiel