Fribo encourage ses utilisateurs à se texter et à s’appeler les uns les autres en partageant des informations sur leurs activités quotidiennes. Un concept novateur qui pourrait fortement aider ceux qui vivent seul au quotidien et qui ont du mal à échanger avec les autres.

Le nombre de personnes vivant seules est de plus en plus important dans nos sociétés. Et puis, même en couple ou en famille, parfois on peut se sentir bien seul… En tout cas, ce n’est clairement pas une bonne chose. La solitude et l’isolement sont mauvais pour la santé, physiquement et mentalement, il est donc dans l’intérêt de tous de réfléchir à la façon de rassembler les gens, de facilité les échanges, réels. Beaucoup accusent la technologie de cette fragmentation, mais elle a forcément un rôle pour nous aider dans le quotidien.

Des chercheurs coréens le pensent également. Ils ont ainsi développé un prototype de robot appelé Fribo qui encourage les jeunes à se textoter et à s’appeler les uns les autres. Contrairement à beaucoup d’autres robots développés pour la maison, Fribo n’est pas destiné à être social et nous assister au quotidien, mais plutôt à favoriser la socialisation avec les autres. Fribo est destiné à être installé dans un groupe de maisons d’amis par exemple, créant ce que les chercheurs appellent un « espace de vie virtuel » qui permettrait de rassembler des individus physiquement isolés.

Fribo écoute l’activité dans chacune de ces maisons et vous encourage à parler via des applications de discussion. Les microphones et les capteurs reconnaissent alors les activités de chacun comme lorsque quelqu’un rentre à la maison, allume une lumière ou ouvre un réfrigérateur. Cette information est ensuite partagée anonymement avec le reste du groupe. « Oho! » vous interpelle Fribo. « Votre ami a ouvert la porte d’entrée. Est-ce que quelqu’un vient de rentrer à la maison ? »

Toute personne qui reçoit ce message peut alors répondre soit en envoyant un texto au chat du groupe, soit en frappant deux fois près de son Fribo, qui reconnaîtra le son et transmettra un message direct : « Que faites-vous ? Bastien est curieux de le savoir ! » Les utilisateurs peuvent également partager l’approbation en applaudissant trois fois lorsque leur Fribo leur donne un message sur une activité anonyme. Ainsi, s’ils ont été avisés qu’un ami vient d’arriver à la maison en retard, ils peuvent leur envoyer un message de bienvenue en applaudissant. Cela permet ainsi de créer de l’envie d’échanger avec l’autre, d’être curieux des autres et alors d’inviter à avoir des interactions entre tout le monde de cette « espace de vie virtuel. »

Certain pourrait avoir peur de cette intrusion dans notre quotidien, pourtant le concept est plus qu’intéressant et novateur. Surtout pour les personnes qui ont du mal à se lancer dans des discussions avec les autres. Au final, il s’agit également d’un flux d’activités sociales, comme vous pourrez le voir sur vos timelines Facebook ou Twitter, mais Fribo vous invite à ne plus être passif et à participer aux discussions. La différence est qu’elle ne repose pas sur des individus qui fournissent eux-mêmes de l’information, et contrairement aux plateformes sociales, le public visé est relativement restreint, du coup plus pertinent pour vous. Et puis Fribo est si mignon avec son style Studio Ghibli !

Fribo semble rencontrer un certain succès déjà. Fribo a été présenté à la Conférence internationale ACM / IEEE sur l’interaction robotique humaine le mois dernier, dans un article décrivant certain retour sur Fribo. Des universités coréennes Yonsei et KAIST ont interviewé quatre groupes de jeunes qui ont testé le robot pendant un mois. Un participant a expliqué : « Je peux imaginer ce que fait mon ami et j’ai l’impression que nous vivons dans la même maison, mais dans une autre pièce. C’est comme partager des activités de la vie quotidienne avec des amis. » D’autres ont rapporté envoyer des textos et appeler des amis plus souvent, et ont même dit que le fait d’avoir un Fribo changeait leur routine quotidienne. « Je me réveille souvent tard le matin, » dit l’un d’eux, « mais quand j’ai commencé à remarquer que mes amis se préparaient tôt, j’ai pensé commencer la journée plus tôt avec mes amis. »

Alors que la possibilité constante de connexion fournie par la technologie peut nous encourager à passer du temps à part, elle peut également être utilisée pour nous rassembler. Comme les assistants personnels deviennent plus courants à la maison et que plus de gens commencent à vivre seuls (pas seulement les jeunes, c’est une tendance importante chez les personnes âgées), nous devons explorer comment créer de nouveaux types de communauté. Peut-être que des robots comme Frido peuvent aider à cela. Et je serai curieux d’essayer en tout cas.