Pogo Car Crash Control… Rien qu’avec le nom, vous comprenez déjà qu’il y a des pilotes dans le gros son et que l’atterrissage sera brutal comme on aime. Un peu comme être passager d’avion de speed à l’approche d’une piste embouteillée. On sait pas si ces jeunes du metal français ont passé leur permis, mais ce qui est sûr, c’est que leur punk garage sauvage chanté en français est parfaitement contrôlé, complètement dingo et que c’est un coup de coeur qui ne cesse de vibre depuis pas mal de temps déjà.

Pas besoin d’attacher vos ceintures, rien ne pourra vous arrêter en écoutant le premier album de Pogo Car Crash Control. Imaginez Noir Désir en pleine crise d’adolescente survitaminée. Du hardcore punk incontrôlable, violent mais loin d’être con. Il est rare de me voir chroniquer ce genre de son. Mais à cause de leur premier EP de Pogo Car Crash Control, de les voir et revoir sur scène crier leur passion jusqu’à l’essoufflement, j’ai fini par céder et du admettre qu’ils avaient bien quelque chose qu’il fallait partager. Certes, Déprime Hostile risque d’en dérouter plus d’un. Faites l’effort, vous ne serez pas déçu. Il y a réellement quelque chose de frais avec Pogo Car Crash Control. Et en live, c’est de la pure énergie et une nouveauté qui, je l’espère, fera date en festival cette année.

Pogo Car Crash Control, c’est une énorme énergie gerbée sur un micro. Composé d’Olivier Pernot (chant, guitare), de Simon Péchinot (guitare, choeurs) et de son frère Louis (batterie) ainsi que de Lola Frichet (basse), le groupe pourrait être ce éinème genre de groupe de potes monté à la va-vite, histoire de se payer la tournée des bars du coin, puis de Paris. Seulement, Pogo Car Crash Control débarque si fort sur scène que le groupe défonce tout sur son passage. Impossible d’en sortir indemne, et c’est tant mieux. Même ceinture attachée, la Sécurité Routière déconseille formellement les pogos en voiture. Personnellement, je vous recommande de vivre cette aventure. Vous retrouvez toutes leurs dates de concerts directement sur leur site.

Les belles années lycée

Pogo Car Crash Control impose des textes en français, acérés et sans concession, traitant de l’égoïsme et plus largement de tout ce qui nous dérange. Avec des riffs indomptables et des larsens sauvages fracassés en plein visage. Au bord de l’agonie à chaque fin de concert, « P3C » nous vomisse un rock garage enragé et convulsif dans la veine de Nirvana, Rage Against The Machine et Mudhoney. Découvert à Rock en Seine, puis revu durant le MaMA, Pogo Car Crash Control prouve que le punk-rock à la française est bien vivant. Oubliez les Wampas, on est loin du style fêtard. Il s’agit avec Pogo Car Crash Control d’un punk bien agressif, hardcore sur les bords. Bref, tout est réuni pour faire de ce Déprime Hostile quelque chose de bien bourrin, tellement jouissif et surtout salvateur.

Pas besoin d’attachez vos ceintures, rien ne pourra vous arrêter en écoutant Pogo Car Crash Control. Fureur adolescente quand tu nous tiens.

☞ Suivez Pogo Car Crash Control sur son leur site, Facebook, Twitter, Instagram et YouTube.

Déprime Hostile de Pogo Car Crash Control est sorti le 23 mars 2018 chez Panenka Music. Il s’écoute à la suite sur Spotify et Deezer.

Écoutez Déprime Hostile de Pogo Car Crash Control