On pourrait confondre Kaviar Special avec l’une des spécialités opiacées à la carte d’un coffee shop hollandais… Logique, les Rennais se trouvent aujourd’hui tout en haut d’un menu gargantuesque du garage psyché à bonne franquette. Kaviar Special ne se fument pas, ils te fument, ils se consomment sur place, sans rien laisser pour le chien. De retour avec Vortex, leur 3e album, c’est parti pour un voyage aux dimensions sans bornes.

« Le rock français, c’est comme le vin anglais. » Réponse légendaire et lapidaire de John Lennon quand on lui demandait quelques mots sur notre rock national. C’était sans connaître cette nouvelle scène bretonne qui émerge depuis quelques années. Là bas, tout est neuf et surtout sauvage. Sous les harangues fibreuses du label Howlin’ Banana, quantité de jeunes gens mal peignés redonnent ses lettres d’ivresse au genre à grand coup de fuzz et de psyché.

Formé à Rennes en 2012, Kaviar Special regroupe certainement les plus farouches défenseurs de ce rock à la bonne franquette. Quatre garçons se fichant pas mal d’être dans le vent. Influencés forcément par John « Oh Sees » Dwyer, Ty Segall, Jackass et les Trans, ils s’amusent à nous enfumer dans des lives plein d’électricité et de réverb. Du rock garage, ils ont repris l’urgence, l’énergie bordélique. Et plusieurs coups de riff régressifs plus tard, c’est une merveille de rock aux accents heavy qu’on prend en plein dans la gueule. Euphorisant en tout point. Kaviar Special avance à l’instinct, entre héroïsme et négligence. Mais toujours dans la bonne direction : celle où, quand la musique s’achève, le silence qui suit n’en est plus vraiment un. Déjà armés de deux albums salués par les critiques, c’est au tour de Vortex de faire son apparition.

Hauts les mains !

Vortex, le troisième album des plus psyché des rennais est sorti il y a quelques jours. Fameux album de la maturité ? Il ne faut pas déconner non plus. Plus staffé, plus pro, mieux produit, certes, Kaviar Special s’offre un album à la hauteur de leurs ambitions, sans jamais renier l’urgence et le style de leurs débuts. Il fallait bien passer le cap et jouer la carte à fond. Il faut avouer qu’à force de live déchaînés, Kaviar Special fait figure de tauliers, du coup bien plus attendu au tournant. Et bien qu’il soit compliqué pour eux de s’affranchir des figures tutélaires Ty Segall et Thee Oh Sees, Kaviar Special semble avoir réussi formidablement son gros coup. Vortex est un album à l’allure de manifeste à même de marquer autant la carrière du groupe que la scène garage toute entière.

Vous devez d’abord écouter Run Away, facile il ouvre l’album. Ce titre aux faux airs de tube est une introduction tout en maline pour vous aider appréhender les autres dimensions infinies du vortex Kaviar Special. Le son de chaque instrument semble léviter, jouant habillement avec les lois de la pesanteur et des fréquences. Les onze titres de l’album sont abrasifs et collants à la fois, telles des décharges électriques qui t’engourdissent le corps. Tandis que The Draugr et Busted prennent les traits d’étoiles filantes en pleine crise de tachycardie, Roadhouse sonnerait parfaitement en bande-son d’une sanglante scène d’un film de Quentin Tarantino. Une volonté de multiplier les univers qui se retrouve avec Back to School, cette languissante complainte pop où le groupe montre qu’il peut tout à fait contrôler son énergie, élargissant par la même occasion la palette de son répertoire.

Mais bien au-delà de la griffe Kaviar Special, Vortex est cet album où le potentiel des Rennais est exploité à son maximum. C’est en mettant en parallèle les différents albums de la discographie du groupe que l’on s’aperçoit du chemin parcouru. Quand le premier de 2013 s’arrêtait à l’intention de révolte, le deuxième d’une nouvelle envie d’en découvre, le grand frère de 2018 est un formidable coup d’État sonore. Aujourd’hui, chaque titre a l’excellence comme miroir et c’est peu dire que ce reflet n’est pas donné à tout le monde.

☞ Suivez Kaviar Special sur Facebook, Soundcloud, Instagram et Bandcamp.

Vortex de Kaviar Special est sorti le 26 janvier 2018 en coprod avec Howlin Banana Records, Azbin Records, Beast Records et Musique d’Apéritif. Il s’écoute à la suite sur Spotify et Deezer.

Écoutez Vortex de Kaviar Special

Retrouvez Kaviar Special sur la scène du Point Éphémère le 16 février

https://www.facebook.com/events/194238327799924/