L’architecte Stefano Boeri développe depuis quelques années déjà l’idée d’immeuble-forêt. Une belle manière de réinventer la ville face à la menace climatique, notamment en transformant ces immeubles magnifiques en aspirateurs à CO2. Un projet qui verra bientôt le jour à Villiers sur Marne.

Vivre à la fois en centre-ville et en plein milieu d’une forêt n’a rien de contradictoire. À Milan, en Italie, deux immeubles de 110 et 76 mètres de haut sont recouverts de 900 arbres, soit l’équivalent d’un hectare de forêt. Le Bosco Verticale, ces résidences inaugurées il y a 3 ans, est l’œuvre de Stefano Boeri. Pour cet architecte obsédé par les arbres, ces « forêts verticales » urbaines sont « l’une des stratégies les plus efficaces pour réduire la pollution et combattre le changement climatique. » C’était une première mondiale en termes d’écologie urbaine et un moyen nouveau d’intégrer l’arbre et une certaine biodiversité à la ville et son urbanisme. Et heureusement pour nous, l’architecte ne compte pas s’arrêter à ce projet. Il développe actuellement Forêt Blanche, un projet d’immeuble-forêt à venir prochainement dans le Grand Paris.

Un immeuble-forêt pour réduire la pollution et combattre le réchauffement climatique

Stefano Boeri a eu cette idée d’immeuble-forêt en 2007, lors d’un voyage à Dubaï, cette ville futuriste construite en plein désert. « J’ai vu la folie d’une ville et de ses 200 gratte ciels aux façades en verre qui réfléchissent le soleil, se souvient-il. C’est à ce moment que j’ai imaginé quelque chose de différent. Pourquoi ne pas faire une tour avec une façade recouverte de feuilles ? »

Mieux qu’un mur végétal ou qu’un jardin vertical, Stefano Boeri décide alors de planter de vrais arbres sur les balcons des deux tours milanaises. Une première mondiale et une prouesse technique, qui a nécessité des tests de sécurité pour être certain que les arbres résisteraient au vent. En plus de réduire la pollution causée par la circulation automobile, en absorbant le dioxyde de carbone, les arbres apportent de l’ombre sur les façades, ce qui réduit la température dans les logements en été, et permet de réduire alors les besoins énergétiques des immeubles pour la climatisation. Il y a aussi dans cette architecture verticale la volonté de lutter contre l’expansion des villes, tout en rapprochant la nature et les hommes. Les habitants des deux tours cohabitent ainsi avec les oiseaux qui ont construit leurs nids dans les branches de leurs arbres. Ces derniers, comme toutes les plantes des immeubles, dont les soins sont assurés par une société, sont considérés comme des biens communs à tous les habitants.

À lire aussi ☞  Voilà tout ce que vous pouvez rater lorsque vous regardez votre téléphone au volant

Ce concept d’immeuble-forêt séduit le monde entier. Ainsi, en 2020, une nouvelle tour verra le jour à Lausanne en Suisse et la construction d’un hôtel en forme de montagne plantée d’arbres commencera en mars 2017 à Guizhou, en Chine. Toujours en Chine, où les taux records de pollution se succèdent, Stefano Boeri développe même une ville-forêt. L’architecte travaille en effet sur les plans d’une nouvelle ville près de Shijiazhuang, où cette fois, des centaines de bâtiments de différentes hauteurs seraient couverts de végétation.

Une Forêt Blanche pour le Grand Paris

Forêt Blanche sera la première forêt verticale française, qui sera créée dans le quadrant est de la zone métropolitaine parisienne, dans la ville de Villiers sur Marne. Il est prévu que cette tour fera 54 mètres de haut avec des structures entièrement en bois. Les façades de la Forêt Blanche seront recouvertes de 2 000 arbres, arbustes et plantes, avec une surface verte équivalente à un hectare de forêt, soit 10 fois la superficie du terrain sur lequel se trouvera le bâtiment.

Cette Forêt Blanche accueillera des appartements résidentiels dans les étages supérieurs, des bureaux et des services commerciaux dans la partie inférieure, avec un mélange de terrasses et de balcons sur les quatre côtés de la tour. Le côté est et ouest permettra le passage de la lumière du soleil toute la journée, donnant un éclairage naturel et une ventilation aux appartements et un panorama exceptionnel sur le paysage du centre de Paris. Il n’y a aucune date de travaux pour le moment, du coup aucune date également pour la livraison de ce chantier extraordinaire.

En plus de Forêt Blanche, Stefano Boeri Architetti a également présenté le projet La Cour Verte pour Balcon sur Paris, un bâtiment avec cour, dont le toit touche le sol et, au centre, un jardin suspendu avec un manteau de 600 m2 planté d’herbes, cela s’insère dans le contexte innovant et durable du projet, en favorisant le développement de la biodiversité.

×