Sept ans après les avoir filmés face à la Tour Eiffel, trois ans après les avoir survolés au drone au dessus du Château de Versailles, la Blogothèque retrouve Phoenix pour un nouveau film exclusif, filmé en 35 mm dans l’incroyable Teatro Bibiena de la ville de Mantoue, en Italie.

Entre Phoenix et La Blogothèque une petite tradition s’est installé au fil des années installée : à chaque nouvel album, un nouveau film live posé comme un défi, avec à chaque fois la volonté de prendre ensemble des risques, de faire ensemble quelque chose de peu commun. Ce fut, pour Wolfgang Amadeus Phoenix, ce Concert à emporter filmé au Trocadéro à l’époque où le groupe n’aimait pas les sessions acoustiques. Ce fut, pour Bankrupt, ce plan séquence incroyable filmé au drone au-dessus des jardins de Versailles, suivi d’un film plus long, Take Away Phoenix, dans lequel le groupe jouait live dans un avion en vol.

Quand Phoenix a sorti Ti Amo, son dernier album aux influences italiennes, en juin 2017, l’envie de faire une nouvelle vidéo s’est imposée d’emblée. Celle de la filmer en Italie, dans un lieu extraordinaire, aussi. C’est grâce à l’aide des équipes de Google Arts & Culture, et à leur fantastique catalogue d’oeuvres et de lieux, que les équipes de la Blogothèque ont découvert le Teatro Bibiena, petit théâtre académique construit au XVIIIe siècle dans la ville de Mantoue, au nord de l’Italie. Un lieu dans lequel Mozart a notamment donné un concert à l’âge de 14 ans seulement.

À lire aussi ☞  Lysistrata confirme avec The Thread qu'ils sont bien la révélation rock de cette année en France 🎶

Dans ce décor riche, presque irréel, le réalisateur Colin Solal Cardo désirait filmer en plan séquence et en 35 mm, pour souligner du mieux possible la beauté du lieu. Une trentaine de figurants tous issus de Mantoue accompagne Phoenix dans une séquence qui montre Thomas Mars interprétant la chanson titre Ti Amo en guide touristique pris d’envies de scène et de grandeur, finissant sur scène avec les autres membres du groupe, Christian Mazzalai, Laurent Brancowitz et Deck d’Arcy.

×