Réalisé par un étudiant en cinéma, une fausse publicité contient tous les ingrédients de la publicité parfaite pour Adidas. Dommage pour eux, ils n’ont pas jugé bon de répondre à ces premiers messages. Aujourd’hui, elle est un véritable carton sur Internet avec plus de 8 millions de vues au compteur 👍

Cette publicité très touchante réalisée par Eugen Merher a conquis le cœur des internautes. Difficile de dire le contraire avec plus de 8 millions de vues en même pas 3 semaines. Cet étudiant en cinéma de 26 ans a inscrit du coup une bonne ligne sur son CV. Et bien que la publicité fasse de la publicité à Adidas, dommage pour la marque aux 3 bandes de n’avoir pas jugé bon de lui répondre au départ…

Break Free, c’est l’histoire d’une vieille paire de basket qui redonne goût à la vie. Grossomodo le pitch romantique de cette fausse publicité rappelant les plus belles heures d’Adidas. Dans une maison de retraite qui semble bien monotone, coincée au fin fond de la campagne, un vieil homme flirtant entre mélancolie et désespoir se raccroche à son passé de marathonien. Il retrouve ses vieilles chaussures de sport Adidas et décide alors de retrouver goût à la vie, retrouver sa liberté : courir tout simplement, comme à la belle époque. Malheureusement, le personnel l’en empêche à chaque fois. Mais de surprenants alliés lui viennent finalement en aide. Cette fausse publicité peut se voir comme un simple court-métrage au message très optimiste pour la marque aux 3 bandes. Autre personnage central de cette histoire touchante.

À lire aussi ☞  📺 L'Hebdo du Club 74 : Testeur, Chiens & Post-vérité

Regardez la fausse publicité Break Free aux millions de vues sur Youtube

Nostalgique et plein d’espoir, cette fable moderne attire au final bien plus d’internautes que certaines publicités officielles Adidas. Plus, que les vidéos mettant en scène le footballeur star Gareth Bale par exemple. Interrogé par le Figaro étudiant, Eugen Merher, étudiant à l’école Filmakademie Baden Württemberg, à côté de Stuttgart, explique que le projet lui a « coûté 3.500 euros ». Un budget ridicule face aux budgets monstres des publicités Adidas au final. Et il s’est appuyé sur le matériel de l’école et sur la participation bénévole des membres d’une maison de retraite. Alors qu’il avait sollicité l’aide d’Adidas au départ ; les responsables de la communication n’avait pas jugé bon de lui répondre…

« Nous avons essayé d’envoyer la publicité au département des communications d’Adidas, mais ils n’ont pas répondu », affirme Eugen Merher.

L’inspiration de Break Free vient d’un vieil oncle de Eugen Merher. « Il nous a quittés l’an dernier, mais jusqu’au bout, il allait marcher ses 3 kilomètres dans le jardin et passait son temps à regarder du sport à la télé. J’ai édulcoré son histoire pour construire la mienne. »

Pour l’autre petite histoire, il a fallu quelques semaines et plusieurs millions de vues pour que l’équipementier allemand réponde enfin aux sollicitations de l’étudiant. « Ils me proposent un stage pour l’instant, mais je préfère rester free-lance » explique-t-il. Il faut croire qu’Eugen Merher souhaite lui aussi conserver sa liberté, à l’image de son héros.



PARTAGEZ CE PLAT AVEC VOS AMIS


×